En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. En savoir plus et paramétrer les traceurs.

J'accepte
Le fantasme de l'hôtesse de l'air : genèse d'une invitation au voyage

Le fantasme de l'hôtesse de l'air : genèse d'une invitation au voyage

Figures incontournables des voyages en avion, les hôtesses de l’air sont fréquemment associées aux fantasmes masculins. Alors, prêts pour une partie de jambes en l’air ? 

.

De l’infirmière à l’hôtesse de l’air

La première hôtesse de l’air apparaît dans les années 30, quand une jeune infirmière passionnée d’aviation et résolue à se faire embaucher dans l’aéronautique (à l’époque réservé aux hommes) propose ses services à Boeing Air Transport. L’avion n’étant pas encore un moyen de transport très sûr, les passagers apprécient fortement une présence féminine à bord pour les rassurer (aaaah… la douceur protectrice d’une mère…). La compagnie aérienne embauche alors d’autres « Skygirls » : des infirmières de moins de 25 ans, pesant 52 kg et mesurant moins d’1m58. 

Le métier évolue avec les progrès de l’aviation, mais la sélection de ces femmes au service des voyageurs fortunés est très stricte et les critères d’apparence restent ancrés : taille, poids, élégance, maîtrise des langues, éducation… et célibat ! Tout est fait pour soigner l’élite de la population qui seule pouvait se permettre des voyages en avion à l’époque et pour qu’elle se sente « comme à la maison » (voire mieux, on va pas se mentir).

La démocratisation des voyages, les nécessités commerciales et les normes de sécurité n’ont rien ôté au mythe de ce métier d’apparat par excellence : l’hôtesse est toujours cette femme élégante, souriante, tirée à 4 épingles dans son uniforme, coiffée et maquillée. 

Alors forcément, ne nous étonnons pas que l’esprit de ces messieurs s’évade à la vue d’une belle hôtesse de l’air en uniforme !

.

.

L’uniforme, parlons-en !

L’uniforme confère l’autorité. C’est l’attribut qui donne une autre aura à une personne, le symbole d’une fonction que l’on va respecter. Comme celui de l’infirmière, du pompier, du policier, du marin ou du pilote, l’uniforme de l’hôtesse de l’air ne laisse pas indifférent ! 

Les compagnies aériennes y accordent ainsi beaucoup d’importance, à l’instar d’Air France qui fait régulièrement appel à de grands couturiers pour dessiner ceux de son personnel de vol. 

Les choix des uniformes par les compagnies ne sont en revanche pas toujours aussi appréciés des hôtesses que des passagers. 

La compagnie japonaise low-cost Skymark avait ainsi créé la polémique il y a quelques années en imposant à son personnel féminin des robes ultra moulantes et s’arrêtant entre 15 et 20 cm au-dessus du genoux, pensant ainsi rajeunir son image. Il n’en fallait pas plus pour émoustiller plusieurs passagers et provoquer quelques agressions sexuelles… et la colère des syndicats qui ont eu gain de cause et surtout gain de quelques centimètres en plus sur les jupes des hôtesses !

.

.

Le (septième) ciel, cette autre dimension

« Ce n’est pas parce qu’on est dans un avion que les choses vont changer ! » diront certains.

Et bien en fait, si. Passer plusieurs heures dans un espace clos dans lequel les possibilités d’activité sont limitées, l’excitation du voyage pour certains, la peur de l’avion pour d’autres… tout cela donne une autre dimension aux rapports humains pendant un vol et désinhibe certains esprits. Pour beaucoup c’est une parenthèse et un lieu excitant. Des petits coquins rêvent même de faire l’amour dans les toilettes d’un avion, bravant ainsi les interdits et les conventions sociales (coucou le Club des 10 000 !).

Les hôtesses sont associées à ce lieu inhabituel pour le commun des passagers où les limites ont plus de chances de s’envoler et où il est difficile d’imaginer que les hôtesses ont une vie personnelle, une famille… Comme les marins qu’on aime imaginer avoir une femme dans chaque port, les hôtesses de l’air sont libres et sans attache. Il n’y a alors qu’un pas pour envisager une aventure aérienne avec elles ! 

.

.

Oedipe, sors de cet avion !

Serviabilité, sourire, gentillesse et autorité, l’hôtesse de l’air a quelque chose d’une maman aux petits soins. Fantasmer une relation avec elle n’est alors pas sans lien avec l’attirance pour la figure maternelle éprouvée par bon nombre d’hommes et vulgarisée sous le nom de « complexe d’Oedipe ».

En y ajoutant l’élégance et l’ultra féminité, on obtient le combo gagnant pour des envies de parties de jambes en l’air et autres pensées coquines. La femme-mère aussi libre et sexy que l’amante idéale n’a pas fini d’en faire fantasmer plus d’un ! 

.

Pourvu que cette invitation au voyage ne reste qu’une invitation de l’esprit… et pensée à toutes les hôtesses de l’air ! 

.

.

Posted on 17/03/2018 by Camille Landoas Home, ESPRIT CEINTURE D'AVION 0 469

Laisser un commentaireLeave a Reply

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Derniers commentaires

Blog search

Related articles

Précédent
Suivant

No products

To be determined Shipping
0,00 € Total

Valider mon panier